Accueil / PNL / L’art de convaincre

L’art de convaincre

convaincre

Parfois pour aider nos amis ou notre famille, il faut utiliser l’art de convaincre. Je prends l’exemple sur le nombre de fois où il serait facile pour moi de donner quelques postures thérapeutiques pour régler leur maux, mais où je dois user de sagesse. Le terme »art de convaincre » fait un peu commerciale, mais j’ y pense ici dans le but d’aider.

Si vous aimeriez aussi aider quelqu’un de votre entourage, voici ce que je vous suggère d’essayer comme méthode.

ÉTAPE 1 – CONVICTION

Il s’agit de l’aspect le plus important de l’art de convaincre. Vous devez être convaincu, de la manière la plus ferme et inébranlable de votre affirmation. Si vous ne l’êtes pas, peu importe ce que vous dites, l’énergie ne sera pas la bonne et vos interlocuteurs le percevront.

ÉTAPE 2 – POSITIONNEMENT

Le positionnement adopté est le deuxième élément garant de réussite pour convaincre. Il va de pair avec la conviction. Plus vous êtes convaincu, plus votre positionnement sera clair. N’ayez pas peur de prendre position avec conviction et ressentez fortement que c’est VOUS qui offrez une chance et êtes en position d’aider. Et non le contraire. Le positionnement servira également d’outil pour déterminer qui est sérieux et qui vous fait perdre votre temps. En effet, certaines personnes ont seulement envie que de se plaindre.

ÉTAPE 3 – AVANTAGES

Pour réussir, il est important de montrer quels sont les avantages de votre idée.  Il est important d’écouter votre interlocuteur afin d’identifier ses besoins. Cela vous permettra de déterminer quels avantages vous leur présenterez.

Une fois que vous connaissez leurs souhaits, vous pouvez vous servir de la méthode du «Si je… est-ce que tu…?», pour leur offrir ce qui répond à leurs besoins. Par exemple, si votre interlocuteur dit qu’il aimerait régler ses maux de dos, vous pouvez dire « si je pouvais t’offrir une manière de régler tes maux de dos rapidement pour que tu puisses partir la tête libre en vacances, qui est simple et qui n’implique aucun achat de matériel, serais-tu intéressé à en savoir davantage? », ou quelque chose de semblable. En bout de ligne, ce que vous venez d’offrir l’intriguera, mais n’en dites pas trop ou ça irait à l’encontre de l’objectif.

ÉTAPE 4 – RETRAIT

Lorsque vous avez à parler à une personne difficile d’approche, n’hésitez pas à vous retirer de ce sujet de la conversation. Sinon, vous avez l’air désespéré, ce qui arrive souvent lorsque vous n’êtes pas convaincu. Rappelez-vous, c’est vous qui faites une faveur à cette personne et non le contraire. En outre, lorsqu’une personne est difficile, ça ne veut pas toujours dire qu’elle n’est pas intéressée. Ça veut simplement dire qu’elle est en train de mettre ses propres convictions à l’épreuve pour voir si vous croyez vraiment à ce que vous lui dites. Ou encore, elle veut prendre le contrôle de la conversation. Bien souvent, dans ce cas, en se retirant de la conversation, elle est plus encline à écouter et devient plus coopérative.

ÉTAPE 5 – SE DÉTACHER DU RÉSULTAT

Acquérir une forte conviction et développer la capacité de se positionner de manière efficace ne se fait pas du jour au lendemain. Que vos amis ou votre famille adhère ou non à ce que vous dites, détachez-vous du résultat. Ça va vous épargner beaucoup de soucis et de déception.

Dans l’espoir que cela puisse vous inspirer à mieux convaincre votre entourage de vos idées, je vous souhaite une belle continuation. Il y a toute sorte de mal aise que l’art de convaincre peut faire émerger en vous. Si vous le souhaitez, je peux vous accueillir à mon bureau afin de vous permettre de développer plus d’aisance à vous affirmer. N’hésitez pas à me téléphoner et à demander des questions sur mon approche, cela me fera plaisir de vous répondre.

Écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *